L'artisanat : la première entreprise de France

03/10/2007

Cette publicité télévisée a dû faire plaisir à plus d’un artisan français. Des boursiers cherchant à acheter par n’importe quel moyen tout ce qui se vend apprennent l’existence d’une formidable entreprise avec un chiffre d’affaires et un nombre de salariés très importants. Immédiatement, l’effervescence s’empare de tous ces financiers qui souhaitent à tout prix acheter des actions de cette entreprise hors du commun dont ils ne connaissent presque rien.

Et soudain, la nouvelle tombe sur le téléscripteur, l’existence d’une multitude de métiers formant l’artisanat et l’information : « nous ne sommes pas à vendre » laisse désemparé tous ces spéculateurs avides de gains.

Une telle image montre que tout en constituant un domaine d’activité considérable, l’artisanat demeure un secteur à taille humaine où l’on raisonne plus en terme de qualité et de travail bien fait qu’en terme de part de marché et de rentabilité financière.

Les atouts de l’artisan sont légion, il suffit de les définir, puis de les exploiter. Fort de cette situation, l’artisanat doit faire face à de nouveaux défis et négocier les virages à venir afin de maintenir une bonne image et demeurer dans la compétition.

L’ ENTREPRISE ARTISANALE

- des hommes et des femmes

Toute personne physique ou morale inscrite au répertoire des métiers est considérée comme un artisan à condition qu’elle n’emploie pas plus de dix salariés (les conjoints, associés, apprentis et personnes handicapées n’étant pas pris en compte) et qu’elle exerce une activité professionnelle indépendante de production, de transformation, de réparation ou de prestation de services relevant de l’artisanat et figurant sur une liste établie par décret.

L’entreprise artisanale est avant tout constituée d’hommes et de femmes qui oeuvrent à un tâche commune : valoriser un savoir-faire, maintenir une réputation et satisfaire leurs clients. Cette tâche est un travail de tous les jours où il faut se remettre en question, s’adapter sans cesse et être présent sur tous les fronts.

Un hommage particulier doit ici être rendu aux conjoints de ces artisans, une image désignant le plus souvent les épouses qui n’ayant pas toujours un statut officiel travaillent dans l’entreprise. Leur rôle n’en est cependant pas moins important : que ferait l’artisan sans une base logistique ? Prendre les messages, gérer l’aspect administratif : devis, factures, courriers, téléphone font désormais partie des tâches incontournables pour une bonne marche de l’entreprise.

- l’importance économique

Les activités relevant de l’artisanat sont relativement nombreuses et touchent à de nombreux secteurs de l’économie tels que le bâtiment, l’alimentation, la métallurgie, le textile, l’automobile, la coiffure. Cette liste n’est évidemment pas exhaustive, mais le point commun entre ces professions reste la défense et la valorisation d’un savoir-faire.

L’artisanat constitue le principal recruteur et formateur d’apprentis qui, à leur tour deviendront les ouvriers qualifiés et les artisans de demain. L’apprentissage, trop souvent délaissé reprend un second souffle avec la revalorisation des métiers manuels et la reprise économique qui se profile à l’horizon. Ainsi, en favorisant l’apprentissage, l’artisanat assure sa pérennité par la transmission d’un savoir-faire d’une génération à l’autre.

N’oublions pas non plus que les entreprises artisanales représentent un poids considérable dans l’économie nationale que ce soit en terme d’emploi, de recettes fiscales (TVA, impôt sur le revenu, CSG-RDS, taxe professionnelle…), et de contributions sociales.

Les entreprises artisanales sont génératrices d’emplois et représentent un pilier de l’économie ainsi qu’un facteur de stabilité sociale. Elles ont donc un rôle important à jouer, que ce soit dans la lutte contre le chômage, dans la stabilité du tissu social ou bien en tant que fabriquant de produits de qualité.

LES ATOUTS

- la flexibilité

La taille bien que rassurante pour les grandes entreprises ne constitue pas la solution à tous les problèmes. Assurer une qualité de finition, s’adapter rapidement au marché ou l’anticiper réussit généralement mieux aux entreprises artisanales de taille souvent modeste. Ceci explique qu’il est souvent fait appel aux artisans dans le cadre de la sous-traitance.

L’avantage essentiel peut résider dans des services de proximité, l’exploitation d’une niche technique et la relation humaine souvent bien plus présente lorsqu’il est fait appel à un artisan.

La proximité constitue bien souvent la première raison pour laquelle on fait appel à un artisan : un robinet qui fuit, une panne d’électricité inexpliquée, une panne de voiture sont autant de désagréments nécessitant l’intervention rapide d’un professionnel.

- des prestations personnalisées

Les métiers traditionnels demandent un savoir-faire particulier qui ne peut s’acquérir que par une longue pratique; bien qu’appelé travail manuel, le travail manuel bien fait ne peut être qu’intelligent car il nécessite une formation de plusieurs années et les mains qui façonnent sont avant tout commandées par le cerveau de l’artisan.

Ce point constitue la différence fondamentale avec la grande industrie où les tâches répétitives sont principalement assurées par des machines pour une production de masse ; à l’inverse, le travail de l’artisan que ce soit dans le cadre de la fabrication ou de la réparation nécessite une adaptation aux souhaits des clients ainsi qu’à leur budget.

La prestation de l’artisan se déroule dans le cadre d’une relation humaine plus présente dans la mesure où cette relation avec le client est personnelle ; lors de l’établissement d’un devis, il peut être amené à conseiller, donner de nouvelles idées au cours de l’avancement des travaux et s’adapter aux contraintes.

L’artisan, en relation directe avec ses clients et la technique est donc en position idéale pour trouver des solutions adaptées.

LES NOUVEAUX ENJEUX

- intégrer les nouvelles techniques

La grande différence entre l’entreprise artisanale et l’industrie se situe essentiellement dans les moyens techniques employés. Toutefois, il est nécessaire de sortir de cette image d’Epinal montrant l’artisan travaillant uniquement avec des outils rudimentaires datant d’un autre âge.

Toute entreprise étant en perpétuel renouvellement, les techniques évoluant sans cesse et les normes sanitaires et de sécurité étant davantage présentes, les entreprises artisanales sont tenues d’investir dans de nouvelles technologies ainsi que dans la formation.

Ainsi, peut-on voir de plus en plus d’artisans ou de conjoints d’artisans utiliser couramment l’informatique et surfer sur internet ; certains d’entre eux créent même leur site afin de mieux se faire connaître.

Cette démarche dynamique représente l’alliance entre un savoir-faire traditionnel et l’emploi de techniques modernes qui aboutissent à une qualité de production, une productivité croissante ainsi qu’une anticipation du marché.

- faire face aux contraintes administratives

De nombreux défis sont à relever tous les jours ; ainsi, la négociation récente de certains virages tels que l’euro ou les 35 heures a pu poser problème à nombre d’exploitants.

La faiblesse traditionnelle de l’artisan étant le domaine administratif, une organisation rationnelle à ce niveau est nécessaire afin d’assurer une bonne gestion de l’entreprise.

Grâce à un outil informatique plus abordable et des logiciels plus conviviaux, l’artisan a désormais la possibilité de gérer lui-même en temps réel certaines données telles que la tenue de la comptabilité ainsi que des tableaux de bord et des indicateurs significatifs mis en place avec l’aide de son expert-comptable.

L’artisan, enfin, est le plus souvent l’homme orchestre présent sur tous les fronts. Sa disparition est presque toujours préjudiciable à l’entreprise quand elle ne remet pas en cause la continuité de celle-ci. Pérenniser une structure qui repose très souvent sur son seul dirigeant demeure le souci principal de beaucoup.

CONCLUSION

A l’heure de la mondialisation, des systèmes sophistiqués de communication, la présence des artisans dans la vie économique est plus que jamais indispensable.

En effet, l’entreprise artisanale joue un rôle particulièrement actif dans l‘économie, tant au niveau du partenariat qu’elle peut développer avec de nombreux secteurs d’activité qu’au niveau de la diversité et de la qualité des produits et des prestations qu’elle propose sur l’ensemble du territoire.

Enfin, l’artisanat demeure au travers de l’apprentissage un terrain d’embauche et de formation porteur d’avenir.

Éric MOYA
Expert-comptable à ARLES
CGA PROVENCE

Comptable

Fiscal

Social

Juridique

Divers