L'innovation : un défi pour le XXI° siècle

23/10/2008

Innover, ensuite philosopher : au-delà de cet adage revisité, le caractère innovant apparaît comme une condition primordiale de survie et de développement de l’entreprise, si modeste soit-elle.
Le concept de l’innovation ne se situe pas seulement au niveau technologique, il peut se rencontrer à tout instant dans l’entreprise : il suffit de faire preuve d’originalité, de créativité et essayer de faire ce que les autres ne font pas.

Pour cela, il est nécessaire, au préalable, de définir ce que recouvre le mot innovation. Ensuite, il faut réfléchir à la mise en place dans sa structure compte tenu des particularités de son entreprise. Si la tâche est menée à bien, l’exploitant pourra alors bénéficier des fruits de ses efforts.

Attention : il ne faut pas confondre l’invention et l’innovation. Cet article ne concerne pas l’innovation liée à une invention.

APPROCHE DU CONCEPT DE L’INNOVATION

- Définition

La définition du mot « innover » dans le dictionnaire est relativement succincte : « introduire quelque chose de nouveau dans un domaine particulier ». Il s’agit certes, d’une définition générale que l’on peut développer quelque peu en la transposant au domaine de l’entreprise.

L’innovation est avant tout un état d’esprit que doit avoir à tout instant le dirigeant. L’idée principale de ce concept est de se remettre sans cesse en question pour progresser, et cela dans tous les domaines touchant à l’entreprise en utilisant des procédés originaux.

CHAMP D'APPLICATION

- au niveau de la structure

Rien de plus mauvais pour un client que de voir toujours la même chose à l’intérieur du magasin ; au bout d’un certain temps ce dernier finit par se lasser et ne plus revenir.

Une telle situation est fréquente, et pourtant, il suffirait bien souvent de peu de choses pour éviter ce désagrément. En effet, l’agencement d’un magasin ne doit pas être une chose figée dans le temps et l’espace ; un magasin bouge, vit ou du moins doit-il donner cette impression s’il traverse une période morose. Pour cela, changer régulièrement de place les produits, les étagères ou présentoirs, le mobilier, les éclairages divers, constitue une liste non exhaustive des moyens peu coûteux à la disposition d’un exploitant pour (re)donner vie à son commerce.

- relatif aux personnes

Le fait de voir à l’intérieur d’un magasin des personnes s’activer, classer, ranger, refaire une vitrine, dénote un certain dynamisme, une volonté de changement, d’amélioration et ne peut qu’être bien perçu de la part de la clientèle. Rien de plus décourageant que de voir une personne assise à longueur de journée en train de lire le journal ou faire les mots croisés ou un sudoku en attendant le chaland !

Il faut provoquer ce dernier en prenant des initiatives, cela ne tombe pas tout cuit ! Lorsqu’un client passe la porte de la boutique, l’informer des produits commercialisés ainsi que des prestations de services dispensées constitue un bon moyen de communication. De même les évènements dans la vie d’un magasin peuvent être l’occasion d’envoyer une lettre à ses clients leur faisant part des nouveautés ainsi que des conditions particulières qui peuvent leur être faites pour cette occasion.

LA MISE EN PLACE D’UN TEL CONCEPT

Un travail de réflexion

- l’analyse de la situation

Un inventaire de l’existant constitue un préalable indispensable à la prise de toute décision. L’analyse faite tiendra compte de la concurrence, du marché sur lequel est positionnée l’entreprise. Un tel effort est indispensable pour cerner les problèmes afin de trouver les solutions appropriées.

Pour cela, l’entreprise pourra consulter ses clients en leur faisant remplir un questionnaire préétabli ayant pour but de satisfaire un plus grand nombre de personnes et offrir ainsi une gamme de services plus étendue.

- la mise en place des solutions

Le dirigeant évaluera les moyens à sa disposition, tant au niveau de la structure, des ressources humaines que des possibilités financières afin de définir une stratégie en adéquation avec les particularités.

A cette occasion des échanges de points de vue avec les personnes environnant l’entreprise (salariés, clients, fournisseurs) peuvent s’avérer constructifs.

On pourrait donner quelques orientations pour dynamiser les entreprises. Certains domaines sont actuellement porteurs ; à ce propos, on pourrait citer l’informatique, la sécurité, l’environnement, les services aux personnes âgées, les services à domicile. Si le chef d’entreprise arrive à rattacher certains de ses produits ou services à de tels secteurs, il peut faire jouer une corde sensible parmi la clientèle qui aura également une motivation supplémentaire pour acheter.

- Une remise en question permanente

La modestie est une des principales qualités pour progresser : être modeste signifie que l’on a pu se tromper précédemment dans ses choix ou ses attitudes et que l’on accepte de se remettre en cause, ce qui n’est pas toujours chose facile. Pourtant c’est le premier réflexe nécessaire pour innover.

Ainsi, parmi les automatismes, les actes que l’on réalise tous les jours, presque machinalement, certains peuvent être inutiles, voire préjudiciables à l’entreprise : la lecture du journal montrant l’inactivité de la personne, une attitude renfermée, le fait de ne pas dire bonjour, de ne pas sourire ; à ce propos, on pourrait citer ce dicton : « un sourire n’enrichit pas celui qui le reçoit, il n’appauvrit pas non plus celui qui le donne ».

Innover passe aussi par un effort de communication et des changements d’attitude.

INTÉRÊTS D’UNE TELLE DEMARCHE

La recherche et l’obtention de nouveaux débouchés

Les grandes entreprises disposent de services de recherche pour évoluer ou font appel à des services extérieurs.
L’exploitant n’ayant pas de moyen pour cela, c’est à lui de faire cette démarche. Or, qui peut mieux trouver le bon concept que lui-même. Cette initiative lui permettra de cerner avec précision les problèmes et les besoins de son entreprise.

Le fait d’innover peut entraîner une diversification dans les activités de l’entreprise ou dans sa clientèle et ainsi lui permettre de trouver, grâce à son dynamisme, de nouveaux marchés ; ce dynamisme pouvant faire jouer des effets de synergie.

Une entreprise innovante a généralement une facilité d’adaptation plus importante que la moyenne. En cas de perte d’un marché ou de faiblesse passagère, sa capacité à rebondir, à trouver rapidement une solution de remplacement n’en sera que plus facile.

- La valorisation de l’image de l’entreprise

Une entreprise qui va de l’avant est toujours bien perçue par le public. Son dynamisme, sa capacité d’adaptation au marché, la qualité de ses produits et de ses prestations constituent une publicité dispensée par des clients satisfaits.

Le bouche à oreille est assurément la meilleure publicité que peut avoir une entreprise ; outre le fait qu’elle est gratuite, c’est encore elle qui peut avoir le plus grand impact parmi le public.

Enfin, chez les entreprises dites innovantes, on observe que le taux de mortalité dans les premières années d’activité est bien inférieur à la moyenne de l’ensemble des entreprises. Ce simple constat mérite qu’un effort particulier soit fait dans ce domaine.

Les entreprises, malgré leur appartenance à des secteurs d’activité différents, doivent faire face à des enjeux de même nature : pérenniser leur activité et la développer.
Chaque entreprise ayant une situation qui lui est propre, les moyens à mettre en place diffèrent d’une structure à l’autre.
L’exploitant qui aura fait l’effort d’une telle démarche détiendra une longueur d’avance, un avantage concurrentiel certain qui lui permettra d’envisager l’avenir avec plus de sérénité.

Éric MOYA
Expert-comptable à ARLES

Comptable

Fiscal

Social

Juridique

Divers